Lectures d’espaces

Saisir l’humeur d’un espace ou d’un quartier. Y faufiler le corps, en écho aux corporéités d’ici. Tendre l’espace, tisser des tensions, des fragilités de l’humain. Ici, les cordes de la contrebasse prennent l’air et nettoient l’espace, plus loin la basse et ses drones graves densifient les volumes et renforcent l’engagement du corps. Se frotter à ici. Se cogner aux angles des rues, au rugueux du monde. De cette étreinte trouver légèreté.

Création pour tout espace public

Une production JEANNE SIMONE :
De et avec Laure Terrier (chorégraphie et danse) et David Chiesa (contrebasse)